Sainte-Enimie, au coeur des Gorges du Tarn      ...Page en construction...

Niché au coeur des remarquables Gorges du Tarn, le village de Sainte-Enimie est classé parmi les plus beaux villages de France.
Une fois sur place, on ne s'y trompe pas !

L'architecture du village dénote autant d'une forte histoire que d'une parfaite adaptation à son milieu calcaire.

Déambulez dans les vieilles rues pavées, croisez les maisons anciennes et les placettes...pour un moment d'authenticité dans cet écrin médiéval.

"La légende raconte..."

D'où vient le nom de Sainte-Enimie ?

Princesse Enimie, princesse de sang royal, est la fille de Clotaire II et la soeur de notre bon roi Dagobert 1er.

Elle est irresistiblement belle et attire à elle de nombreux soupirants. Ayant voué sa vie à Dieu, elle les repousse un par un, au grand désespoir de son père qui souhaite offrir sa main à un riche Baron du royaume.
Ne pouvant convaincre ses parents, elle sollicite les faveurs de Dieu afin de perdre sa beauté. Sa prière est alors exaucée. Une affreuse lèpre souille désormais le corps de la princesse.
Le Roi consulte les plus grands médecins, totalement attristé, mais aucun n'est dans la capacité de soigner ce mal divin. La jeune princesse implore le ciel, pendant de longs mois, jusqu'à ce qu'un ange entende son appel. Celui-ci lui ordonne d'aller se baigner en Gévaudan, dans la fontaine de Burle. Sans attendre, le Roi fait préparer une escorte digne de son rang, et après un long périple, la princesse arrive en bordure du Causse de Sauveterre. Des bergers la guident ainsi jusqu'à la source, Enimie se glisse dans l'eau et son mal mystérieux disparait.

En reprennant le chemin du retour, à peine arrivée à la couronne du Causse, la maladie de la princesse réapparait. Plus elle avance, plus la maladie empire. La princesse Enimie comprend alors que Dieu l'appelle en ce lieu miraculeux, au coeur des gorges sauvages. Ainsi, installée à Burlatis (ancien nom du village au Moyen-Age, évoquant la source), la princesse décide d'évangéliser la région. On dit alors qu'Enimie entre en conflit avec le diable et qu'elle le poursuit jusqu'au célèbre Pas de Soucy, avec l'aide de l'Evêque Saint Ilère. Puis, avec l'aide de son père le Roi, la princesse fonde un couvent de religieuses qu'elle nomme Abbesse. Elle crée également le monastère qui existe toujours sur les hauteurs du village (collège de Sainte-Enimie), où des moines s'y installent.

La princesse se retire ensuite dans une grotte où elle vit en ermite, d'où le nom de Ermitage, donné à la chapelle qui domine le village.

 

 

Voyagez à travers le temps...

En déambulant dans le village, l'église Notre Dame du Gourg mérite qu'on s'y attarde. "Gourg" signifie d'ailleurs "tourbillon d'eau" et fait référence à la source miraculeuse de la Burle. 
Le style roman tardif est facilement reconnaissable par son architecture dépouillée. Sa construction date de la fin XIIIe, début XIVe siècle. L'édifice est inscrit aux Monuments Historiques depuis 1985.
Une fois les portes franchies, l'intérieur est tout aussi remarquable avec sa nef primitive, ses cinq chapelles ou encore son mobilier. Quant au clocher, il fut réhaussé deux fois afin que le village entende l'appel des cloches.

Remontons la rue "del Serre", avec cette placette typique qui témoigne d'une riche architecture de l'ancienne abbaye. Cherchez bien ici certaines pierres tombales de l'ancien cimetière et la statue de Saint Ferreol ou Saint Symphorien.

Un peu plus haut, la place du Presbytère. Réservée exclusivement aux paysannes lors des jours de marché, elles y négociaient leur production, notamment, le beurre de brebis. Une belle demeure se détache, datant de l'époque médiévale.

Descendons jusqu'à la place des Oules (mot occitan signifiant "marmite" ou "poterie"). Cette place accueillait les potiers puis, le boucher, qui l'occupait pour tuer le cochon.

Traversons la Halle au blé, où s'effectuaient les négociations pour les produits des Causses et des vallées. Nous apercevons encore la mesure en grain, en pierre, au centre de la place.

Dirigeons-nous ensuite vers les "Faïsses". Ces terrasses en terre servaient à la culture des légumes, de la vigne et des arbres fruitiers tels que l'amandier ou le noyer. 

Passons par la rue de la Privadenche. Une belle maison à colombages datant du Moyen Age se détache, avec les poutres noircies, reste d'un incendie ou d'un enfumage pour éviter les propagations d'épidémies. Vous apercevez sur la porte, trois chardons à feuilles d'acanthes. Cette fleur est devenue un symbole dans le territoire ! Elle protège des mauvais esprits et sert également de baromètre. 

Continuons par l'une des cinq entrées du village: le Portal Chabrits. Admirez alors l'Ermitage ! Lieu emblématique destiné à protéger la grotte où a certainement vécue Enimie. Chaque premier dimanche d'octobre (jour présumé de sa mort), se déroule un pélerinage dédié à la Sainte. Baladez-vous sur ce sentier caillouteux; une fois là-haut, le magnifique panora sur le village se dessine.

La Place du Plo se traverse pour atteindre la salle capitulaire (ouverte en juillet et en août). Elle accueillait autrefois le refectoire des moines, mais aussi les pèlerins et les voyageurs de passage. Sur les murs se trouvent encore des décors d'acanthes et des visages humains.